Articles - Périphériques d'époque

Moniteur Dell UltraScan P1110

  |   282  |   Commentaires (2)  |  Périphériques d'époque
This is a big big di....splay ! Moniteur CRT de 21 pouces Sony Trinitron re-badgé Dell issu de chez CRCD.

Problème à la réception : comme pour son frère, petites pichenettes de décharge statique occasionnelles qui font sursauter. 2ème effet kisskool : écran trop lumineux même si on met le réglage au minimum dans l'OSD, signe d'une tension G2 trop élevée. Comme sur le CDP-200ES il n'y a aucun réglage manuel du G2, tout est piloté et asservi par µPC et sauvegardé en EEPROM via le logiciel WinDAS. Problème récurrent sur ce modèle.

C'est parti pour un démontage et il en prend de la place le bougre...

Déjà je décharge le tube, nettoie la ventouse et remet de la graisse, après quelques minutes de fonctionnement, on enlève le petit surplus de graisse qui coule (chaleur). Cela n'a solutionné aucun problème mais c'est normal puisque les problèmes ne viennent pas de la tétine, ça c'est juste de la maintenance.

C'est blindé !

La plaque signalétique indique une fabrication en avril 2001.

La mention Sony est sur la face intérieure du capot en plastique.

Le bloc THT tout propre, nettoyé, brillant comme en sortie d'usine. Il faut le chouchouter.

Pourquoi ? Tout simplement car ce transfo THT est introuvable en pièce détachée si on a besoin de le changer (à moins de cannibaliser un autre moniteur identique) donc si problème avec lui c'est tout l'écran en entier qui part à la benne.

Le potard de réglage de la haute tension sous une noisette d’époxy blanc.

Juste à coté le spark gap SG901 (la petite ampoule). C'est lui qui arque de manière aléatoire.

Voici deux autres spark gaps.

Ce sont des composants de protection. Ils sont composés de 2 électrodes mises cote-à-cote soit dans du gaz, soit à l'air libre. Leur rôle est d'arquer (éclateur) lorsque la tension est trop forte. Certains moniteurs bas de gamme (et souvent les TV) n'en sont pas équipés. Ils servent à protéger ce que contient le tube cathodique. Si une tension G1, G2, G4 est trop forte, plutôt que d'arquer dans le tube au risque de détruire les canons à électrons (cathodes) et les grilles et bien se sont ces spark gaps qui se prennent tout dans la gueule et font fuiter le trop plein vers la masse.


Ce ne sont pas des fusibles il n'ont pas de durée de vie. Ils sont rarement source de panne, sauf si trop sales, mais ils indiquent une panne. L'avantage de ceux sous forme d'ampoule étant qu'on peut les voir arquer et donc cerner quelle tension ne va pas selon leur emplacement sur le circuit. Les autres sont opaques. Après avoir nettoyé le PCB + la THT et tous les spark gaps à l'alcool et acétone plus de problème.

Le PCB de derrière :

Si on ne veut pas s'embêter avec le logiciel WinDAS pour modifier la valeur dans l'EEPROM, c'est ici qu'il faut faire la sale modification pour descendre la tension G2, on rajoute une résistance par dessus un autre pour en diminuer la valeur. Ceci afin de gruger l'asservissement, la tension de retour étant supérieure à ce qui est normalement attendu, G2 est baissée. Soit remplacer R459 (de 10Mohm), soit lui ajouter une autre en //.

Nettoyage et contrôle des soudures de la carte alimentation.


La carte µPC sous le tube.

Le moniteur s'ouvre comme un livre, de chaque coté les cartes alim et déflexion sont montées sur charnières pour s'écarter latéralement



Maintenant c'est nickel.